A la détente
Bonjour...

A la détente

...Bienvenue chez Vous....
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cancer du col de l’utérus :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edouard
Admin
avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 3136
Date de naissance : 28/01/1952
Localisation : PDC
présentation : Je suis l'administrateur de ce forum.
loisir : PS2 ,sports,Xbox 360.
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Cancer du col de l’utérus :   Ven 5 Sep 2008 - 13:17

Cancer du col de l’utérus : la chasse aux papillomavirus est ouverte


Près de 80 % des Françaises se soumettent régulièrement à un examen gynécologique. Et six millions de frottis permettent de détecter le papillomavirus, directement relié au cancer du col utérin. Ce dépistage peut-il être amélioré ?



Avec plus de 1 000 décès par an, le cancer du col de l’utérus représente une importante cause de mortalité par cancer des femmes en France. A l’origine de son développement, des lésions précancéreuses dues à des virus de la famille des papillomavirus (HPV). Grâce au frottis, il est possible de réaliser un véritable dépistage. Mais selon une équipe française, l’évaluation du risque cancéreux pourrait être améliorée en le complétant avec une identification plus précise du virus.

Les HPV présents dans 99,8 % des cancers du col

Les papillomavirus sont présents dans 99,8 % des cancers du col.
Ces virus sont une cause nécessaire mais cependant non suffisante du cancer du col utérin. D’autres facteurs interviennent également, tels que la précocité des rapports sexuels, la multiplicité des partenaires, le tabagisme, des déficiences en vitamines ou hormonales, et d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) associées.
Une étude publiée en juin 2001 dans le British Journal of Cancer1 a porté sur 7 932 femmes, 15,3 % de la population étudiée était porteuse de HPV à haut risque (Human Papilloma Virus ou virus du papillome humain). Cette maladie sexuellement transmissible (MST) est relativement courante et concerne un peu plus de 20 % des moins de 30 ans, la fréquence diminue progressivement jusqu’à passer à moins de 10 % après 60 ans.
Au total, un maximum de 3 % des femmes porteuses d’HPV développeront un cancer. Cette faible proportion s’explique par le fait que 60 à 80 % des infections sont transitoires, avec une durée de 8 à 14 mois. Seules les infections persistantes favorisent la* dysplasie *et peuvent mener au cancer.

Affiner le diagnostic grâce au typage des HPV

Le nombre de "faux négatifs" résultant des frottis est relativement important puisque les erreurs concerneraient pas moins de 15 % des examens (certaines études avancent même 50 %). Ainsi ces examens peuvent faussement rassurer des femmes à risque.
Pourtant, c’est uniquement durant la longue phase précancéreuse que la prévention par les frottis systématiques permettra de traiter précocement les lésions suspectes. Une équipe de scientifiques français plaide ainsi pour le couplage du frottis avec une quantification de la charge virale (c'est-à-dire la quantité de virus présente dans les frottis) et une identification plus précise du type de virus.
En effet, les HPV comptent plus de 120 génotypes différents. Parmi ces derniers, les risques liés au cancer du col de l’utérus varient considérablement. Ainsi les HPV 16, 18, 45 ou 46 sont à haut risque cancérigène alors que les HPV 6, 11 ou 42 ne sont responsables que de lésions bénignes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cancer du col de l’utérus :   Dim 7 Sep 2008 - 1:18

C'est une info bien importante ça. Merci Edouard !

Il faut vraiment faire attention !! Et j'avoue que tout ces examens me font peur (pas l'examen en lui même, mais le résultat)
Revenir en haut Aller en bas
 
Cancer du col de l’utérus :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la détente :: (Spécial page pour les Femmes.)-
Sauter vers: