A la détente
Bonjour...

A la détente

...Bienvenue chez Vous....
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES GESTES QUI SAUVENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edouard
Admin
avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 3136
Date de naissance : 28/01/1952
Localisation : PDC
présentation : Je suis l'administrateur de ce forum.
loisir : PS2 ,sports,Xbox 360.
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: LES GESTES QUI SAUVENT   Jeu 1 Mar 2007 - 13:41

LES GESTES QUI SAUVENT
Les techniques et conduites à tenir décrites dans cette page sont conformes aux nouvelles directives de L'observatoire national du secourisme et prennent en compte la reforme de l'AFPS.

Attention ! Ces quelques conseils ne remplacent en aucun cas une formation aux premier secours


0 - j'm'arrête ? j'm'arrête pas ?

Si vous êtes arrivé sur cette page c'est que pour vous la question ne se pose pas. Mais que se passe t'il si on ne s'arrête pas ? Il y a ce que l'on appelle "non-assistance à personne en danger" et c'est un délit !

1 - La Photo de l'accident

Aucun accident ne survient sans cause... Il faut garder à l'esprit lorsqu'on est témoin d'un accident que cette cause est peut-être toujours présente et qu'elle peut provoquer un autre accident (on appelle cela le suraccident)

Un exemple simple: Une personne se blesse en cassant un verre. Les morceaux de verre s'éparpillent sur le sol. Il y a donc une victime et une cause. Un sauveteur intervient sans faire attention aux morceaux de verre éparpillés sur le sol. En s'agenouillant, il se blesse à son tour. Il y a désormais deux victimes... (et du coup plus de sauveteur !)

Cette situation peut être évitée si le sauveteur (vous) prend le temps de faire ce que j'appelle la "photo de l'accident". Avant de se précipiter, il convient de prendre le temps de repérer les éventuels dangers, essayer de comprendre rapidement ce qui s'est passé.



2 - La Protection
Grâce à votre analyse rapide de la situation, vous avez repéré un danger pour vous, pour la victime ou pour les autres. Vous devez désormais vous poser une question très importante :Est-ce que je peux supprimer ce danger facilement sans mettre ma propre vie en danger (non pas par égoïsme mais parce qu'un sauveteur mort ne peut plus sauver personne...). Si cela est possible vous devez donc supprimer ce danger (on appelle cela assurer la protection).

L'un des exemples les plus parlant est le cas des personnes électrisées (on ne parle d'électrocutés que lorsque les électrisés sont morts et en secourisme la victime n'est jamais considérée comme morte. Au pire elle peut être en arrêt cardiaque, ce qui ne signifie en aucun cas qu'elle est décédée !). Donc, notre électrisé peut tout à fait être encore en contact avec le fil électrique qui a provoqué l'accident. Le corps humain est un excellent conducteur électrique (n'oublions pas qu'il est composé à 80 % d'eau). Si un sauveteur trop pressé rentre en contact physique avec le corps sous tension il risque de se retrouver dans le même état que la victime (voire dans un état pire encore...).

Une "photo" rapide permet de repéré le moyen de couper le courant (en débranchant la prise tout simplement ou en utilisant un disjoncteur si la prise est douteuse ou inaccessible.

maginons un scénario catastrophe : Robert prend un "coup de jus" dans son garage en branchant sa perceuse. Il s'écroule sur le sol et reste sans réaction. Richard se précipite sur lui pour l'aider. Au contact du corps sous tension Richard qui est très âgé s'écroule sur Robert. Patricia voyant la scène décide de les sauver et se jette à leur chevet. Elle oublie qu'elle a le cœur fragile et prend à son tour une "châtaigne". C'est l'arrêt cardiaque immédiat. Arrive alors Gaston qui etc., etc., etc.

Dans certains cas cependant, le risque est persistant. Il ne peut pas être supprimé (incendie, victime allongée au milieu d'une route d'où peut surgir un véhicule, victime intoxiquée dans un lieu confiné etc. )

Dans ce cas et dans ce cas seulement vous devrez alors soustraire la victime au danger en la dégageant. Ça ne se fait pas n'importe comment, il y a des techniques simples pour dégager les victimes sans trop les casser mais il faut s'entraîner et là, rien ne remplace la formation pratique l'AFPS.

Voir aussi : les kits sécurité voitures sur le site Distrimed.com.

3 - Secourir

Une fois le danger écarté vous devez pratiquer "les gestes qui sauvent" et pour reprendre le slogan de la Croix-Rouge française, "sauver une vie, ça s'apprend ! ". En attendant, respectez ces quelques règles :

Si la personne saigne fortement, appuyez avec la paume de votre main sur la plaie pour stopper le saignement (sauf s'il y a quelque chose dans la plaie bien entendu) et faites (alerter) les secours (une règle à retenir pour les hémorragies : la règle de trois JA: j'appuie, j'allonge, j'alerte...).

Si la personne est en train de s'étouffer, il faut lui taper dans le dos de façon énergique (à ne pas confondre avec brutalement mais seule une formation peut vous montrer la nuance...) à 5 reprises. En cas d'échec il convient de pratique la manœuvre d'Heimlich (à apprendre en formation)



Si la victime ne répond pas, vérifier si elle respire. Si elle respire mettez la sur le coté, tête en arrière et bouche ouverte en direction du sol (ne la giflez surtout pas pour la réveiller !!! ). Puis allez vite passer l'alerte (alerter).

Si elle ne respire pas, faîtes passer l'alerte (alerter) puis pratiquez le bouche à bouche. Il faut boucher le nez de la victime en lui pinçant les narines et plaquer sa bouche bien hermétiquement autour de la sienne.

Si elle tousse ou réagit à vos bouche à bouche, alors continuez jusqu'à l'arrivée des secours.

Si la victime reste sans réactions malgré cela il faut alterner le bouche à bouche et un massage cardiaque. Cette technique ne sert pas à faire "repartir" le cœur mais à faire circuler le sang de façon artificielle. Tant que vous continuez, la victime a une chance de survivre.


Si un massage cardiaque associé à du bouche à bouche est réalisé dans les deux minutes, le cerveau sera correctement oxygéné et les chances de survie de la victime seront multipliées par dix. Si rien n'est fait, lorsque les secours arrivent, (au bout de six ou sept minutes dans le meilleur des cas), le cerveau de la victime est quasiment toujours très détérioré voir irrécupérable...

4 - Alerter
Si vous devez ne faire qu'un seul geste il faut que ce soit celui la !En France les secours sont bien organisés et relativement rapide mais sans alerte, pas de secours !



Trois numéros pour alerter les secours :

15 18 112

Le 15 : Le SAMU (Service d'Aide Médiale Urgente)

Le 18 : Les sapeurs Pompiers

Le 112 : Numéro d'appel européen
(Réservé aux habitants de la CEE quand ils ne se trouvent pas dans leur pays).

Que dire ?

1 - donnez très précisément votre adresse (ne confondez pas rue et avenue, n'oubliez pas de préciser le numéro et la VILLE. Donnez toutes les indications utiles telles que l'étage ou le numéro de bâtiment, n'oubliez pas LES DIGICODES !!! )

2 - Précisez la NATURE de l'accident (afin qu'on vous envoie des secours ADAPTES)

3- Donnez le nombre de victimes (1 victime = 1 camion, 20 victimes = 1 plan rouge ! )

4 - Donnez l'état apparent de la victime

5 - Précisez si vous avez fait quelque chose et si vous avez besoin de la police)

6 - NE RACCROCHEZ JAMAIS LE PREMIER

Ensuite retournez auprès de votre victime et restez avec elle jusqu'à l'arrivée des secours et PARLEZ LUI, même si vous pensez qu'elle ne vous entend pas.

N'oubliez pas de la couvrir !
Revenir en haut Aller en bas
 
LES GESTES QUI SAUVENT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les petits gestes qui veulent tout dire
» Je ne controle pas mes gestes !!!
» Petits gestes, petits instants ou mots, magiques ou pas.
» [SOFT] MANUEL DE SECOURISME : Avoir les gestes de premiers secours sur son WP7 [Gratuit]
» CES GESTES QUI VOUS TRAHISSENT de Joseph Messinger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la détente :: le secourisme ...-
Sauter vers: