A la détente
Bonjour...

A la détente

...Bienvenue chez Vous....
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EDITH PIAF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edouard
Admin
avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 3136
Date de naissance : 28/01/1952
Localisation : PDC
présentation : Je suis l'administrateur de ce forum.
loisir : PS2 ,sports,Xbox 360.
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: EDITH PIAF   Mer 20 Déc 2006 - 18:56

EDITH PIAF ●
Née le 19 décembre 1915 à Paris, Edith Piaf (de son vrai nom Giovanna Gassion) chante très jeune dans les rues pour gagner quelques sous. Elle erre dans les rues de Pigalles, sans pour autant faire le trottoir. Cela ne l'empêche pas toutefois de tomber enceinte à l'âge de 20 ans mais le bébé meurt à 2 ans, faute de soins. Grâce à sa voix étonnante et somptueuse, Edith Piaf est repérée par un certain Louis Leplée qui la fait se produire dans son cabaret des Champs-Elysées. Pour la première fois de sa vie, Piaf gagne quelque argent sans devoir tendre la main. En 1935, elle enregistre ses premières chansons: "Les mômes de la cloche", "La java de Cézigue", "L'étranger". C'est le début d'une longue carrière. Elle se fait connaître d'un plus large public grâce à la chanson "Mon légionnaire" écrite par Marie Dubas. En 1944, Edith Piaf tombe amoureuse d'Yves Montand et écrit "La vie en rose". Mais cette histoire d'amour ne dure pas et prend fin 2 ans plus tard. Il est vrai qu'il n'est pas évident de coupler vie d'artiste et vie sentimentale... Piaf passe souvent à la radio et entame de nombreuses tournées en Amérique. Elle rencontre alors un certain Marcel Cerdan, boxeur français. Le coup de foudre est instantané. Malheureusement, Cerdan meurt le 27 octobre 1949 dans un accident d'avion. C'est le drame pour la môme Piaf. Elle ne s'en remettra jamais et écrit alors l'une de ses plus belles chansons: "L'hymne à l'amour". Malgré le chagrin, elle continue à chanter et à séduire un public toujours plus nombreux. Les chansons à succès sont légion: "Milord", "Non, je ne regrette rien", "Mon manège à moi", entre autres. En 1961, Edith Piaf rencontre Théo Sarapo, jeune coiffeur grec. Une nouvelle fois, elle tombe amoureuse. Edith et Théo décident de chanter en duo "A quoi ça sert l'amour ?" Mais Edith Piaf est malade, le cancer la ronge. Elle n'a que 48 ans mais en paraît 70. Le 11 octobre 1963, son coeur s'arrête de battre. Elle quitte ce monde le même jour qu'un certain Jean Cocteau !
Revenir en haut Aller en bas
Edouard
Admin
avatar

Masculin
Verseau Dragon
Nombre de messages : 3136
Date de naissance : 28/01/1952
Localisation : PDC
présentation : Je suis l'administrateur de ce forum.
loisir : PS2 ,sports,Xbox 360.
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: EDITH PIAF   Jeu 1 Mar 2007 - 21:27

Edith Piaf, la « môme » de la chanson française

Du haut de son mètre quarante-sept, celle qu’on surnommait « la Môme Piaf » reste la chanteuse française la plus renommée dans le monde. Car Piaf n’est pas seulement Piaf. Elle a apporté de grands noms de la chanson française tels que Montand, Aznavour ou Bécaud…Piaf, c’est la France.






La Môme Piaf
La légende veut qu'Edith Piaf, de son vrai nom Edith Giovanna Gassion, soit née sous un lampadaire, rue de Belleville à Paris. En fait, elle est sans doute née à l’hôpital Tenon, porte de Bagnolet, un 19 décembre 1915. La vie d’artiste, Edith l’a dans le sang : son père Louis, parti à la guerre, est contorsionniste, et sa mère Annetta, d’origine italo-kabyle, est chanteuse de rue. Ce sont donc ses deux grands-mères qui l’éduquent, notamment dans un bordel que l’une d’entre elles tient dans l’Eure, à Bernay. Mais après la guerre, son père, engagé dans un cirque, la reprend sous son aile.
Au fur et à mesure des années, elle va découvrir le pouvoir de sa voix sur les foules et gagner sa vie grâce au chant comme sa mère. A 15 ans, elle décide de quitter son père pour voler de ses propres ailes et rencontre alors en 1932 Louis Dupont, dit « P’tit Louis ». De leur union naîtra en 1933 une petite Marcelle, emportée deux ans plus tard par une méningite.
Le couple se sépare et Edith continue de chanter dans les rues de Belleville et de Pigalle. C’est là, cette même année, qu’elle est repérée par Louis Leplée, directeur d’un des cabarets les plus élégants de Paris et situé sur les Champs-Elysées, le Gerny’s. Il l’invite à chanter quelques titres chez lui, dont « Les mômes de la cloche » de Scotto. Il la baptise alors « la Môme Piaf », nom qui en argot signifie « petit oiseau » et qui évoque sa petite taille.
Son passage au Gerny’s est un succès : Chevalier lui-même, ainsi qu’un certain Jacques Canetti sont subjugués. Canetti lui fait alors passer sa première séance radio et lui fait enregistrer fin 1935 son premier disque. Mais malgré son succès récent, la rue la rattrape. En effet, Leplée est assassiné en avril suivant, et l’on accuse Edith. La presse ne tarde pas à s’emparer de l’histoire.

La renaissance d'Edith Piaf
Mais très vite, la jeune chanteuse reprend sa carrière en main avec l’aide de Raymond Asso - très amoureux de Piaf - et l’aide à devenir la tragédienne que l’on connaît. Il lui fait enregistrer en janvier 1937 le titre « Mon légionnaire » et elle devient ainsi Edith Piaf. Puis, Raymond Asso réussit à convaincre le directeur de la grande salle parisienne l’ABC de l’engager en vedette américaine. Piaf, qui a maintenant 23 ans, fait un triomphe. Elle tourne son premier film, « La garçonne » de Jean Limour, et quelques mois plus tard passe à Bobino en tête d’affiche. Elle côtoie alors les Mireille et Trenet, tourne dans toute l’Europe, et rencontre en 1940 le comédien Paul Meurisse, qui sera son compagnon pendant deux ans. Edith Piaf devient à cette époque la coqueluche des grands intellectuels, et entre autres de Jean Cocteau, qui écrit sur mesure pour le couple Meurisse-Piaf, la pièce qui sera le succès de la saison 1940, « Le bel indifférent ». Cette histoire révèle l’immense talent de Piaf pour l’art dramatique. Suite à cette pièce, le couple est engagé pour le film « Montmartre sur scène » de Georges Lacombe. Sur ce tournage, Piaf rencontre Henri Contet, qui devient son nouveau Pygmalion et l’un de ses nombreux compositeurs. Piaf fréquente également Michel Emer, qui lui écrit « L’accordéoniste » et « Le disque usé ».

A la découverte de nouveaux talents
Piaf est maintenant une artiste qui maîtrise parfaitement son art et son personnage, et désire en faire profiter tous ceux qui, selon elle, le méritent. Ainsi, en 1944, elle fait chanter un certain Yves Montand, alors inconnu. Ils deviennent amants, et l’année suivante, ils sont réunis à l’écran dans le film "Etoile sans lumière" de Marcel Blistène. A la fin de l’année 1945, elle écrit seule un des titres les plus populaires de son temps, "La vie en rose" et en composera presque quatre-vingt autres tout au long de sa carrière. En 1946, Edith Piaf fait la connaissance d’un groupe de jeunes chanteurs : Les Compagnons de la Chanson. Comme pour Montand, elle décide de prendre leur carrière en main en leur proposant d’enregistrer un titre avec elle : « Les trois cloches ». Suite au succès foudroyant du disque, Piaf les emmène avec elle aux Etats-Unis, pour une tournée qui démarre en 1947. Là-bas, elle rencontre Marlene Dietrich, et surtout le boxeur Marcel Cerdan. Ensemble, ils deviennent « les meilleurs amants du monde ». Mais le malheur frappe une nouvelle fois Edith, qui perd celui qui aura été son plus grand amour le 27 octobre 1949, dans un accident d’avion. Pour lui, elle écrit « L’hymne à l’amour », mais sa vie ne sera plus jamais comme avant.
Elle ne cesse cependant pas de travailler, et en 1950, elle remonte sur scène à Paris à la salle Pleyel. A cette même époque, le jeune auteur-compositeur Charles Aznavour devient à la fois son secrétaire, son chauffeur et son confident. Dès 1945, elle l’a aidé à faire ses preuves sur scène mais ne prend pas sa carrière en main. Aznavour lui écrira les titres « Jézébel » et « Plus bleu que tes yeux », et restera jusqu’au bout l’un de ses fidèles.

Entre maladie et succès
En 1951, Piaf monte avec Eddie Constantine et Robert Lamoureux la comédie musicale « La p’tite Lili », qui obtient un certain succès. Mais de maladies en accidents, Edith tombe dans la drogue (la morphine, qui tue la douleur, mais dont elle ne pourra plus se défaire). Peu à peu, sa vie s’enfonce dans la déchéance.
Côté scène, elle obtient toujours le succès, notamment avec « Je t’ai dans la peau », que lui ont écrit Bécaud et Pills. Ce dernier deviendra le mari d’Edith le 29 juillet 1952. La complicité qui unit cet auteur célèbre outre-manche et la chanteuse est aussi professionnelle : ils chantent et jouent ensemble, notamment dans « Le bel indifférent » de Cocteau. Edith Piaf est alors au sommet de son art, et les enregistrements de ces années-là sont exceptionnels. Son entourage tente donc de dissimuler son état de santé à la presse, et Piaf reste enfermée chez elle pendant de longs mois dans les années 1953-54.
Mais en chantant à l’Olympia en 1955, elle retrouve enthousiasme et énergie pour se remettre au travail malgré sa santé défaillante. Le spectacle remporte un énorme triomphe. Piaf repart alors pour une tournée épuisante à travers les Etats-Unis, qui se terminera début 1956 par un récital au Carnegie Hall de New York. Elle devient ainsi la première artiste de variété à chanter dans ce temple de la musique classique. C'est désormais une star internationale. En mai, elle s’installe à nouveau à l’Olympia et y crée « L’homme à la moto », reprise d’un titre américain, ainsi que « Les amants d’un jour », titre qui devient un tube populaire. L’année 1956 marque aussi sa dernière cure de désintoxication, puisqu’elle a décidé de ne plus toucher à l’alcool. Mais sa santé est définitivement détériorée.


Lors de son troisième passage à l’Olympia début 1958, elle crée deux de ses plus grands succès : « La foule » et « Mon manège à moi ». La même année, Edith Piaf rencontre Georges Moustaki, avec qui elle aura une relation houleuse. Auteur-Compositeur-Interprète, il lui écrit avec Marguerite Monnot « Milord ». Ensemble, ils auront un grave accident de voiture en 1958, qui affaiblira un peu plus Piaf. Quelques mois plus tard, en plein concert à New-York, elle s’effondre sur scène et est opérée d’urgence.
Les hommes de talent continuent à se succéder pour lui écrire des chansons, dont Francis Lai et Charles Dumont. Ce dernier lui propose sa chanson « Non je ne regrette rien », qui subjugue Edith Piaf. Elle décide de la chanter sur scène à l’Olympia début 1961. En juin 1962, elle reçoit le grand prix du disque de l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de sa carrière, et chante du haut de la Tour Eiffel pour la première mondiale du film « Le jour le plus long ». La même année, elle tombe amoureuse de Théo Sarapo, qu’elle épouse le 9 octobre. Il sera le dernier homme qu’elle aimera et le dernier chanteur qu’elle tentera de lancer.
Elle tombe en effet dans le coma en avril 1963 et passe les derniers mois de sa vie dans le sud de la France. C’est sur les hauteurs de Cannes, à Plascassier, qu' Edith Piaf s’éteint le 11 octobre 1963, le même jour que son ami Jean Cocteau. Ses funérailles à Paris le 14 octobre 1963 attirent des dizaines de milliers d’admirateurs venus du monde entier fleurir sa tombe au cimetière du Père Lachaise.
Revenir en haut Aller en bas
 
EDITH PIAF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edith Piaf
» Quelques chansons d'Edith PIAF
» la foule d'edith piaf
» Le Piaf
» Journée magique à Disneyland Paris le 14 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A la détente :: Nos Chanteurs parti trop vite.-
Sauter vers: